Bambey/Niakhar et Nioro du Rip

Les deux sites d’études choisis dans le cadre de ces projets sont dans la zone de l’ancien bassin arachidier du Sénégal. Le bassin est la principale zone de production agricole du pays. Il se compose de sols ferrugineux tropicaux permettant une production agricole composée essentiellement de céréales sèches (mil, sorgho, maïs) et de légumineuses (arachide, niébé) cultivées seules ou en association. Le climat de la région est de type unimodal avec une saison des pluies comprise entre juillet et octobre. Cependant, la zone connait une forte croissance démographique à laquelle s’ajoute une réduction des temps de jachère, un appauvrissement progressif des sols conduisant à une baisse des rendements observés en milieu paysan et à une dégradation des ressources naturelles et érosion de la biodiversité. Les deux sites d’étude sont situés au Nord (Bambey, zone de prédilection des parcs à Faidherbia albida – Kad) et au Sud (Nioro du Rip, zone de parcs à Cordyla pinnata – Dimb) du bassin et ont été choisi selon plusieurs critères : 

  • L’accessibilité ; 
  • Une gestion contrastée du parc arboré, des pratiques agricoles différentes, et l’existence d’un gradient climatique ; 
  • Une zone d’intérêt de longue date pour le Cirad et ses partenaires permettant ainsi de capitaliser sur les connaissances acquise;
  • L’existence de base de données terrain agronomique ou paysagère réalisées par le Cirad, le CSE ou ces partenaires comme le Centre National de Recherches Agronomiques de Bambey ; 
  • L’existence d’acquisitions satellites à très haute résolution spatiale (Pléiades, Sentinel 2) ; 
  • La présence d’équipes de recherche sur le terrain (dont deux chercheurs Cirad de l’équipe proposante, affectés à Dakar au CSE) pour assurer et coordonner la collecte des données terrain. 

 

Localisation des sites d’étude proposés et présentation de leurs caractéristiques principales

Les deux sites initialement choisis sont contrastés en terme de gestion du parc arboré mais également en terme de stratégies relatives à l’utilisation des arbres (le parc à Faidherbia albida aura plus d’impact d’un point de vue agronomique, tandis que le parc à Cordyla pinnata devrait davantage avoir un impact sur les stratégies de SAN (Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle).

Le site de Nioro du Rip connait une pression plus importante sur les arbres en raison d’une mécanisation plus développée en partie due aux subventions apportées à la culture du maïs, pas d’utilité écologique pour la parcelle mais un intérêt socio-économique, peu de renouvellement des Dimb et pas de protection des pousses donc une régression progressive et lente du parc. Sur le site de Bambey/Niakhar, les arbres sont davantage conservés par les agriculteurs qui perçoivent un intérêt plus grand, notamment chez les Sérèr pour qui les arbres sont sacrés. On observe un repeuplement progressif des arbres sur les parcelles à Bambey car les arbres y sont a priori peu utilisés pour la construction, présentent un intérêt écologique, dissémination des espèces favorisées aussi par le bétail et pousses laissées si elles ne gênent pas sur les parcelles. Les deux sites se différencient aussi par une pression des services des Eaux et Forêts beaucoup plus marquée dans la zone de Niakhar.

Parc arboré à Faidherbia albida dans la région de Niakhar au nord du bassin arachidier, b) Parc arboré à Cordyla pinnata dans la région de Nioro du Rip au sud du bassin arachidier. © BingMap Images

Quelques mots sur les arbres

  • Cordyla pinnata (Poirier du Cayor, Dimb) : Son bois est utilisé pour la construction de djembé, les fruits sont mangés, les feuilles sont utilisées pour la sauce du thiéré (couscous de mil sénégalais) ou pour le bétail. A priori peu d’utilité d’un point de vue agronomique. On note aussi une utilisation du bois pour la construction.
  • Faidherbia albida (Kad) : Ses gousses sont utilisées pour le bétail. C’est une légumineuse fixatrice de l’azote atmosphérique donc le Kad permet d’améliorer la fertilité du sol. Sa phénologie est inversée avec des feuilles pendant la saison sèche qui ce qui entraine une concentration du bétail sur la couronne et favorise également la fertilité du sol.